L’hygiène et le quotidien

Penser actualité, respirer actualité, etc

V

oilà quelque chose que, j’espère, vous appliquez d’ores et déjà. Vous ne voulez pas avoir un mois de retard dans une préparation de concours. Cependant, voici quelques conseils qui pourraient vous aider à aborder la suite de vos révisions au quotidien. Quelques conseils de bon sens et des morceaux de vécu qui pourraient vous aider.

Bien sûr, cet article comporte un paradoxe : mon rôle ici est de vous aider à appréhender les épreuves d’actualité. Ce volet des concours, qui ne constitue « que » quelques épreuves – fondamentales, certes – parmi l’éventail de trucs sur lesquels vous allez être cuisinés va vous prendre le plus de temps. Tout votre temps, en fait. Le reste est un petit bonus que vous vous offrez. Chaque distraction peut être liée à l’actualité. Vous sortez avec des amis ? Parlez-en, discutez, débattez. Ressortez-leur tous les chiffres que vous avez appris. Vous allez les saouler, certes, mais ça rentrera d’autant mieux avec une mise en contexte derrière. Chaque film, expo ou concert que vous allez voir peut vous servir dans vos copies. Soyez curieux. Approfondissez tout. L’objectif est d’être une éponge à savoir, très périssable et pas toujours utile, mais c’est la règle du jeu. L’actualité a un avantage étonnant : plus on l’étudie en profondeur sur la durée, plus les « choses s’imbriquent » dans votre tête. On sait de mieux en mieux comment le monde tourne, comment anticiper l’actualité, on la retient d’autant mieux. Se pencher sur des sujets massifs pour d’autres, mais froids pour nous à cause de la distance ou de la récurrence est plus difficile au début puisque cela ne suscite pas toujours un grand intérêt. J’ai toujours eu beaucoup de mal à réviser l’actualité économique, par exemple.

Et là, j'attire votre attention.

Et là, j’attire votre attention.

Tenez un carnet à noms

C’est nécessaire. Achetez-vous un petit Oxford© à spirales, et à chaque nom nouveau ou dont vous ne pouvez pas vous remémorer la fonction précise et la tête, notez-le à la lettre dédiée. Bon, vous vous souvenez toujours pas de la nouvelle président de Taïwan ? Hé ben notez-le prestement. Relisez-le de temps en temps, lors des moments d’ennui dans le métro. A quoi ça sert ? Très concrètement, le concours du CELSA vous demandera toujours, sur sa première page, d’expliquer qui sont les dix personnes demandées. La satisfaction d’en mettre neuf sans problème le jour J vous fera un bien fou, d’autant plus que vous aurez deviné à l’avance la moitié des demandés. Noms des médias, nouveaux présidents, éléments d’affaires internationales… ça se prévoit un peu. Deux ans après, je peux toujours vous citer sans souci le nom du dernier président de Madagascar : Hery Rajaonarimampianina. Ouaip. Je peux aussi vous citer le volcan islandais de 2010, avec accent s’il vous plaît, ça fait toujours son petit effet auprès de mes amis. Dans l’absolu, ça vous servira aussi pour tout le reste, c’est aussi simple que ça.

Lisez, écoutez, partout, tout le temps

C’est là qu’on se transforme en vrai petit robot. Des mots comme « s’imprégner » de l’actualité prennent alors tout leur sens. Il faut varier vos médias, mais le point nodal de vos révisions est Le Monde. Vous allez en faire votre média canonique pour construire vos fiches de révisions. Dans le podcast, j’applique la méthode de révisions en un peu plus léger. Votre objectif : tous les jours, prenez plusieurs heures pour annoter le journal. Dura lex, sed lex. Prenez-vous un abonnement étudiant (ou grattez un login/mot de passe quelque part, après tout c’est votre boulot de trouver ce genre d’informations en utilisant votre réseau), installez vous confortablement, utilisez deux écrans. L’un pour lire les articles en édition numérique, l’autre pour compléter votre fiche de la semaine. Faites-le tous les jours sans exception, notez tout ce qui vous semble utile. Ce qui ne semble pas pertinent l’est souvent avec raison, à vous de caler mentalement le curseur. Mais vous devez tout savoir. Pour quoi Beppe Grillo a-t-il été condamné mi mars 2014 ? En manifestant sur les rails d’un Paris-Turin. Vous l’avez lu, ça n’a fait l’actualité qu’un seul jour, mais vous le savez et on vous l’a demandé. Encore une fois, exemple tiré du Celsa 2014. Je reviendrai sur la manière de rédiger ses fiches mais tout se note, tout est nécessaire, vous louperez plein de choses et d’autres ne se trouveront pas sur le print mais sur votre flux Twitter, sur Internet, sur d’autres magazines, sur d’autres écrans. Levez-vous avec la Radio. Faites vos activités « automatiques » du quotidien avec France Info en fond sonore. A ce stade, vous ne devriez pas apprendre grand chose, ou vous pourrez anticiper le print du lendemain. Faites-vous une sélection de podcasts, réécoutez-les. D’ailleurs, en termes d’applis, Podcast Addict reste la suggestion gratuite du chef. Le site Brief.me, contre espèces sonnantes et trébuchantes, propose un petit résumé clair de l’actualité du jour. Cela ne suffit pas, mais ça peut aider.

Il tient aussi de diversifier ses lectures. Le Figaro, Libé, d’autres points de vue, d’autres lignes édito, l’information reste canonique dans la limite de votre jugement et du bon sens. Si vous lisez Minute pour réviser l’actu vous devez avoir une sérieuse pile de problèmes de bon sens. Il est extrêmement important de s’occuper également d’une actualité plus magazine et froide, et de s’abonner à deux ou trois newsmags. Par exemple, une trilogie Inrocks + Obs + Society est un exemple de combo qui couvre tout ce qui peut aider. Bien sûr, tout ça demande du temps – une grosse vingtaine d’heures par semaine ! Car il faudra aussi regarder un JT par jour. Il y a deux ans, je regardais la Nouvelle Edition version Baddou, ça me semble moins pertinent aujourd’hui. Un coup d’œil quotidien au zapping de fait jamais de mal. Ce n’est pas Le Monde qui va vous sortir que Lightning, de Final Fantasy XIII, est la nouvelle égérie de Louis Vuitton et oui, ça peut parfaitement tomber, puisque tout peut tomber ! Il n’y a pas de mauvaises informations, juste des faits peu pertinents… ou le blog de Morandini.

Du coup, les chaînes d’informations sont peut-être la pire aide possible pour réviser les concours. On comprend le paradoxe rapidement : par définition elle ne développent rien.

Tout ça peut rentrer en collision ou devenir juste un procédé automatique et sans intérêt, il faut donc prendre le temps de se reposer. Et de quitter les écrans, j’ai personnellement commencé une myopie scolaire en préparant les concours, je m’en serais passé avec joie.

Soyez journaliste avant même l’école

Être « dans le mood ». Vous voyez ce que je veux dire. Une grande partie du concours va faire du méta et vous poser des questions sur le monde des médias. Tout ce qui a trait aux médias et à retenir d’autant plus. Gardez en tête que les concours sont pensés pour être formateur en soi. Appropriez-vous le style journalistique, sortez mentalement de l’université. Corollaire : faites un stage. Faites au mieux pour vous émanciper de votre cursus de licence si vous n’êtes pas dans un cursus de journalisme, essayez de faire les deux en même temps. J’ai fait un premier stage au Figaro en M1 de Lettres – il m’a fallu repasser une ou deux matières en septembre mais de 1) j’eusse pu les faire en première session et de 2) j’ai tout validé sans problème. Je reparlerais de mon parcours et des conclusions que j’en ai tiré plus tard.

BREF.

Tenez un carnet à noms. Annotez le Monde, faites le avec passion, sinon je viens personnellement vous botter le popottum. Faites de même avec des newsmags et gardez un œil constant sur Internet et votre timeline Twitter. Blindez votre compte podcast addict. Mettez une carte du monde devant votre trône (pour de vrai) pour retenir les pays frontaliers de la Syrie.

ET

Achetez-vous un Becherelle, révisez-le bien à fond, faites ce qu’il faut pour valider un niveau B2 solide en anglais, et faites au mieux pour vosu garder des moments de détente… tout en en tirant quelque chose.

Et à vous le bel infotainment.

Ah bah voilà, le stagiaire est mort. Voilà ce qui arrive quand on révise trop. Ah bah voilà, le stagiaire est mort. Voilà ce qui arrive quand on révise trop.

Ah merdum, le stagiaire est mort.

Un jour je suis né, depuis je joue beaucoup aux jeux vidéo et j'écoute beaucoup de musique anglophone et islandaise à des heures coupables. Étudiant en journalisme, pigiste pour Le Monde.fr. Vous pourrez me retrouver à @BenjaminBnt sur Twitter.

2 Comments on “L’hygiène et le quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *